La politique dans un monde d’inégalités

Les questions liées aux inégalités et à la reconnaissance sont cruciales dans la politique contemporaine. Les identités régionales, religieuses et culturelles ont été sont de plus en plus au cœur des débats et leur reconnaissance et inclusion politique constituent à bien des égards des défis de taille pour de nombreux États. De plus, la dépendance croissante aux marchés et l'émergence de marchés planétaires rendent de plus en plus complexes les enjeux touchant aux clivages Nord/Sud tout en restreignant la capacité des politiques nationales à aborder les questions d’inégalités.

Dans de nombreuses démocraties occidentales, on constate un déclin de la redistribution de la richesse, alors que les programmes gouvernementaux ne sont plus en mesure  de compenser pour les inégalités générées par le marché. Les sondeurs ont analysé les appuis à l'État providence et ont observé que la croissance des diversités ethniques et raciales a eu pour effet de diminuer l'appui du public en faveur des politiques de redistribution. Les chercheurs en politiques publiques ont quant à eux évalué les effets de ces inégalités sur les politiques de santé et de bien-être. Par ailleurs, la théorie politique normative appuie quant à elle les arguments en faveur d’une plus grande égalité et reconnaissance des droits de la personne et la mise en œuvre de mesures favorisant l'épanouissement de l'être humain et le développement social. Quant aux spécialistes en économie politique, ils ont étudié l'impact des accords de libre-échange, en particulier l'impact des mécanismes de résolution des différends entre les États et les investisseurs sur l'incapacité croissante des gouvernements nationaux et régionaux  à pouvoir se doter de cadre réglementaire adéquat.

Les questions liées aux inégalités et à la reconnaissance ont également amené la résurgence d’anciens clivages sociaux et contribué à l'émergence de nouveaux mouvements sociaux, tels qu Occupy Wall Street qui a pris de l'ampleur aux États-Unis et est devenu un mouvement planétaire. Au Moyen-Orient, et dans d'autres régions, de puissantes mobilisations nationales ont ébranlé et éventuellement renversé une succession de gouvernements. La science politique permet certainement de comprendre comment ces enjeux ont émergé à l’agenda politique, et ce malgré le peu de ressources matérielles dont disposaient ces divers mouvements et organisations. Elle a également permis de souligner comment les valeurs politiques et les cadres institutionnels, locaux et transnationaux ont proposé des réponses à la dynamique des marchés mondiaux, à la migration de la main-d'œuvre et à la croissance des clivages ethniques et culturels.

Le prochain congrès mondial de l’AISP de 2016 à Istanbul a pour objectif de remettre au centre des préoccupations des politologues ces enjeux liés aux inégalités et à la reconnaissance et d'en saisir toute la complexité. Les acteurs politiques partout dans le monde sont confrontés à ces problèmes et la science politique comme discipline offre un prisme qui permet de mieux comprendre ces diverses situations. Le congrès sera l’occasion de démontrer à nouveau la pertinence de la science politique envers la politique appliquée.

Le thème du Congrès de Poznań s'inscrit en continuité avec les thèmes abordés lors de nos congrès précédents tels que la qualité de nos démocraties, la mondialisation ou les défis de la gouvernance contemporaine. Nous sommes certains que ce congrès sera un laboratoire d'échange d’idées  et favorisera le développement de nouveaux paradigmes auquel les chercheurs en science politique, quelque soit leur domaine d'expertise, sont conviés. Économie politique internationale, politiques publiques, institutions politiques, théorie politique, comportement politique, mouvements sociaux et études régionales, migration, politique raciale et politique de genre, voilà autant de pistes pour répondre aux thématiques de ce congrès.

Thèmes principaux: